Text Size:
  • A
  • A
  • A

Quelque chose en plus

2/1/2018

par Carl A. Anderson, Chevalier Suprême

Les agents d’assurance des Chevaliers de Colomb jouent un rôle primordial dans la croissance et l’oeuvre caritative de l’Ordre

Carl A. Anderson

Carl A. Anderson

J’AI RÉCEMMENT donné une présentation à nos agents généraux sur le programme d’assurance de l’Ordre et nos principes de charité, d’unité et de fraternité. J’aimerais vous faire partager ici des extraits de ces remarques.

La charité, l’unité et la fraternité nous ont guidés dans notre parcours jusqu’à présent, et nous amèneront avec succès vers l’avenir. Je vais redire ce que j’ai exprimé chaque année à cette réunion. Merci de nous avoir donné notre année de ventes record — soit, cette année, environ 8,8 milliards de dollars USD de nouvelles ventes.

Depuis l’an 2000, le nombre de nos assurances en vigueur est passé de 40 milliards à près de 110 milliards de dollars USD. Nos actifs ont augmenté, passant de 8,5 milliards à près de 25 milliards de dollars USD. Durant ces années, nous avons payé plus de 5,3 milliards de dollars USD de participation aux bénéfices et plus de 4,3 milliards de dollars USD de prestations de décès. Oui, c’est bien cela : près de 10 milliards de dollars USD de participation aux bénéfices et de prestations.

Pendant la même période, le nombre de nos membres a augmenté chaque année, passant de 1,6 million à près de 2 millions aujourd’hui. Et cette augmentation quantitative s’est accompagnée d’une intensification de notre action.

Chaque année, nous avons augmenté les heures et les dollars offerts à la charité. Depuis 2000, nous avons fait don de plus de 2,5 milliards de dollars USD. Nous avons également offert plus de 1,1 milliard d’heures de bénévolat et la valeur de ce service est estimée à plus de 23 milliards de dollars USD.

Ainsi, pendant ces années où nous avons été confrontés au 11 septembre et à une guerre mondiale contre le terrorisme, à la plus grande récession depuis la Grande Dépression et à certaines des pires catastrophes naturelles de l’histoire, l’Ordre des Chevaliers de Colomb a offert une valeur de plus de 35 milliards de dollars USD à ses membres, leurs familles et ses voisins.

Il est bon de croître et assurément, nous avons connu une bonne croissance. La croissance de nos ventes a dépassé celle de l’industrie. Notre oeuvre caritative émerveille les autres organisations.

Ce passé peut laisser augurer de la suite. Mais le succès n’est jamais garanti, ni automatique. Notre croissance va se poursuivre alors que nous continuons à offrir de remarquables produits et services et poursuivons notre engagement envers la charité, l’unité et la fraternité.

Nos agents d’assurance sont notre plus grand avantage fraternel. Ce qui vous place dans une catégorie différente de celle de nos concurrents, c’est votre engagement envers vos frères Chevaliers. Ce qui est décisif, c’est votre engagement envers la charité, l’unité et la fraternité.

Vous savez que nos frères Chevaliers ne sont ni une abstraction ni des statistiques. Ce sont les hommes avec qui vous vous trouvez aux réunions du Conseil, assis à vos côtés sur le banc de l’église le dimanche et qui font don de leur temps avec vous dans le cadre de nos projets caritatifs. Ce sont les hommes qui écoutent vos conseils parce qu’ils vous font confiance. Il nous revient de faire de notre mieux pour être dignes de cette confiance.

Le Pape François a demandé aux catholiques de « vivre dans la fraternité » et de montrer « un amour fraternel » envers notre prochain. Bien sûr, il s’agit là d’une norme élevée.

Je suis fier de ce que vous avez accompli et de ce que vous avez permis à autrui d’accomplir.

En décembre dernier, j’ai reçu un courrier électronique en provenance d’Irak me souhaitant la bonne année de la part d’un dispensaire médical d’Erbil que nous soutenons financièrement.

Grâce à votre soutien, ce dispensaire a traité plus de 50 000 patients et effectué plus de 32 000 analyses de laboratoire. Il a fourni plus de 800 consultations en santé mentale, dont de nombreuses à des femmes rescapées de l’esclavage sexuel et à des enfants traumatisés par le meurtre de leurs parents. En décembre, nous avons également offert un complément de vivres à 12 000 familles présentes là-bas.

Il ne s’agit là que d’un petit pourcentage des vies que nous avons transformées.

Lorsque Christophe Colomb a fait voile pour son expédition de découverte, il battait pavillon castillan. Sur ce pavillon, la reine Isabelle avait fait écrire « Ne plus ultra », ce qui signifie « rien au-delà », car à cette époque, on ne connaissait aucun territoire existant à l’ouest de son royaume. Au retour de Colomb, la reine fit retirer le mot « ne » du pavillon, car désormais, on savait qu’il existait quelque chose d’autre au-delà.

Pour nous, il y aura toujours « quelque chose d’autre au-delà » : plus de records à établir, plus de prochains à aider, plus de familles à servir.

Vivat Jesus!