Text Size:
  • A
  • A
  • A

Remplacement des résolutions 22, 37, 62, 143,
221, 244, 275, 315, 317, 321 et 337.

Pour la défense de la liberté religieuse

      ATTENDU QUE le Concile Vatican II a déclaré dans Dignitatis Humanae que le droit à la liberté religieuse repose sur la dignité de la personne humaine qui prévoit que chaque être humain soit libre de toute contrainte en matière de religion et de conscience, et que nul ne peut être forcé d’agir contrairement à ses croyances ou à sa conscience ; et

      ATTENDU QUE le droit à la liberté religieuse est garanti par le Premier amendement de la Constitution des États-Unis, la Charte canadienne des droits et libertés de la personne, la Déclaration universelle des droits de l’homme et d’autres documents reconnaissant la liberté religieuse ; et

      ATTENDU QUE la liberté religieuse n’est pas un avantage conféré par le gouvernement par simple esprit de tolérance, qui peut être retiré, mais qu’il s’agit plutôt d’un droit inaliénable enraciné dans la dignité transcendante de chaque être humain ; et

      ATTENDU QUE le Pape François a déclaré que « La raison reconnaît dans la liberté religieuse un droit fondamental de l’homme qui […] n’est pas simplement celle d’une pensée ou d’un culte privé. », mais « C’est la liberté de vivre selon les principes éthiques qui découlent de la vérité trouvée, tant en privé qu’en public [...] » ; et

      ATTENDU QUE depuis leur fondation, les Chevaliers de Colomb œuvrent à la défense de la liberté religieuse pour les catholiques et pour tous les peuples, et qu’ils ont agi de la sorte en raison de leur engagement envers notre foi et notre inébranlable conviction que la liberté religieuse constitue un droit civique fondamental ; et

      ATTENDU QUE les actions posées en faveur de la liberté religieuse comprennent les efforts déployés devant la Cour suprême des États-Unis dans la cause Pierce c. Society of Sisters, laquelle soutenait le droit des enfants à recevoir une éducation catholique en opposition aux efforts du Ku Klux Klan ; et

      ATTENDU QUE notre travail pour la liberté religieuse comprenait également des activités visant à manifester contre la persécution des catholiques au Mexique dans les années 20, ainsi qu’à combattre la vision du monde antireligieuse véhiculée par le communisme et l’inclusion de la phrase « Sous l’autorité de Dieu » dans le Serment d’allégeance américain pour distinguer les États-Unis des gouvernements antireligieux ; et

      ATTENDU QUE les nombreuses menaces à la liberté religieuse qui ont fait leur apparition au cours des dernières années figurent parmi les atteintes à la liberté religieuse les plus graves auxquelles nous avons assisté jusqu’à ce jour ; et

      ATTENDU QUE le Pape François a exhorté les Chevaliers de Colomb à attirer l’attention des catholiques américains « pour contribuer à la défense raisonnée » de la liberté religieuse et a rappelé que, « dans la mesure où ce droit est menacé [...] une mobilisation des consciences est nécessaire de la part de tous les citoyens qui, quels que soient leurs croyances ou leur parti, sont préoccupés par le bien-être de la société. »

      PAR CONSÉQUENT, QU’IL SOIT RÉSOLU qu’en tant que citoyens et Chevaliers de Colomb, nous demeurions inébranlables dans notre soutien envers le libre exercice de la religion tel qu’entériné dans le Premier amendement de la Constitution des États-Unis, la Charte canadienne des droits et libertés de la personne, la Déclaration universelle des droits de l’homme et d’autres documents reconnaissant la liberté religieuse ; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE que nous étendions notre profonde reconnaissance en notre Aumônier Suprême Mgr William E. Lori, archevêque de Baltimore, pour sa vigoureuse défense de la liberté religieuse en tant que Président du Comité Ad Hoc de la Conférence des évêques catholiques aux États-Unis (USCCB) pour la liberté religieuse des six dernières années et que nous saluions la récente décision prise par les évêques américains visant à approuver la création d’un Comité permanent pour la liberté religieuse ; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE nous réitérions fermement notre conviction selon laquelle la garantie absolue de la liberté religieuse ne peut être limitée à la « liberté de culte » comme certains ont tenté de le faire, mais doit inclure la pleine « liberté de religion », qui englobe obligatoirement la dimension publique de la religion, la protection contre toute persécution ou discrimination sur la base de la conscience et des convictions, et le fait que les croyants sont appelés à jouer un rôle clé dans la construction de l’ordre social ; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE que nous en appelions aux représentants gouvernementaux compétents pour qu’ils annulent le mandat de HHS et s’efforcent de promouvoir une protection fiable de la liberté religieuse par le biais du gouvernement des États-Unis ; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE que nous en appelions au Congrès pour qu’il examine et adopte le Conscience Protection Act, ainsi qu’une loi stricte dite First Amendment Defense Act, qui protège la liberté d’exercice des croyances religieuses et des convictions morales de tous ; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE que nous en appelions aux représentants gouvernementaux de tous les pays dans lesquels nous sommes présents afin qu’ils adoptent des mesures législatives protégeant le droit des personnes et des institutions religieuses d’être libres de toute contrainte gouvernementale en toute matière ; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE que nous demeurions inébranlables dans notre opposition à toutes actions ou politiques futures du gouvernement qui auraient pour effet de contraindre les institutions et les personnes à renier leurs plus intimes convictions morales et religieuses ; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE que notre lutte pour la liberté religieuse en ce moment décisif de notre histoire soit menée non seulement pour notre bien, mais également pour celui de nos enfants, petits-enfants et toutes les générations futures, afin qu’ils puissent eux aussi connaître un pays qui soit « une nation unie sous l’autorité de Dieu, indivisible, avec la liberté et la justice pour tous ».