Text Size:
  • A
  • A
  • A

Le témoignage de la communion fraternelle

9/1/2017

par Carl A. Anderson, Chevalier Suprême

Par notre pratique de la charité et de la fraternité, nous sommes appelés à offrir aux autres la joie de l’Évangile

Carl A. Anderson

Carl A. Anderson

DANS MA COLONNE du mois dernier, j’ai évoqué certaines des idées que j’ai proposées dans mon discours introductif lors de la Convocation des responsables catholiques, parrainée par la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB). Je souhaiterais aller plus loin avec quelques réflexions supplémentaires.

En juillet, environ 3 000 responsables catholiques d’organisations et de diocèses de tout le pays se sont réunis sur le sujet « La joie de l’Évangile en amérique ». La convocation était inspirée par l’exhortation apostolique du Pape François intitulée Evangelii Gaudium (La joie de l’Évangile).

La convocation comprenait de nombreux aspects marquants mais, pour moi, l’un des plus importants était la preuve que l’Ordre des Chevaliers de Colomb apporte « la joie de l’Évangile » dans chaque diocèse du pays et ce, à des millions de nos frères catholiques et aux personnes en dehors de l’Église grâce à nos oeuvres caritatives.

Dans Evangelii Gaudium, le Pape François appelle les catholiques à « être une communauté évangélisatrice joyeuse » (24), une communauté qui est « dans un état permanent de mission » (25), une communauté qui pratique une « communion solidaire et à la fécondité missionnaire » (89).

Nous ne n’évoquons pas souvent nos conseils locaux précisément en ces termes, mais si nous le faisions, nous pourrions voir combien nos conseils répondent à ces critères de très nombreuses manières.

Plus loin dans Evangelii Gaudium le Pape François exhorte les catholiques à « choisir la fraternité » (91) et à partager « un amour fraternel (…), qui sait regarder la grandeur sacrée du prochain, découvrir Dieu en chaque être humain» (92).

Il écrit : « Je désire demander spécialement aux chrétiens de toutes les communautés à travers le monde d’offrir un témoignage de communion fraternelle qui devienne lumineux et attrayant ; que tous puissent admirer la manière dont vous prenez soin les uns des autres, comment vous vous encouragez mutuellement et comment vous vous accompagnez » (99).

Le mois dernier, j’ai écrit qu’il s’agissait d’une responsabilité particulière pour chaque conseil des Chevaliers de Colomb dans le monde entier.

Cela est vrai de deux manières.

Tout d’abord, les paroles du pape sont pour nous une bonne manière de mesurer combien les conseils vivent conformément à nos principes de charité, d’unité et de fraternité. Nous devons nous demander comment nos conseils offrent « un témoignage rayonnant et séduisant de communion fraternelle » et comment nous prenons soin les uns des autres en tant que Chevaliers, ainsi que de nos familles. Nombreux sont nos conseils qui offrent un tel témoignage, mais pour les autres, il existe une marge d’amélioration. À chaque instant, chaque Chevalier doit porter les paroles du Pape François dans son coeur, dans son approche du travail de son conseil local.

Ensuite, nous devons faire un effort accru pour démontrer, au sein de nos paroisses, comment l’Ordre des Chevaliers de Colomb offre un modèle authentique de communion fraternelle. Nous pouvons offrir un témoignage de fraternité pour montrer comment chacun d’entre nous, en tant que catholique, peut faire un meilleur travail pour prendre soin les uns des autres et comment nous pouvons nous encourager et nous accompagner mutuellement dans nos paroisses.

Il serait peut-être exagéré de dire que les Chevaliers de Colomb sont des experts dans la création de communautés fraternelles, mais pendant plus de 135 ans, ils ont vécu une communion fraternelle basée sur les principes de charité, d’unité et de fraternité.

Les concepts de l’Evangelii Gaudium peuvent nous aider à vivre ces principes en tant que frères Chevaliers de manière plus profonde et plus authentique.

La convocation était une occasion historique initiée par nos évêques pour répondre à l’appel du pape à ouvrir un « nouveau chapitre de l’évangélisation ». Toutefois, son importance durable ne sera réalisée que si suffisamment de catholiques répondent à cette opportunité et rédigent une nouvelle page de l’histoire du catholicisme.

Faisons chacun notre part dans les jours qui viennent.

Vivat Jesus!