Text Size:
  • A
  • A
  • A

La dignité de chaque vie humaine

7/1/2018

par Carl A. Anderson, Chevalier Suprême

À la veille de la Rencontre mondiale des familles, la Pape François réaffirme le rapport important entre l’éthique de la vie et l’éthique sociale

Carl A. Anderson

Carl A. Anderson

DANS MES COLONNES de Columbia en janvier et avril cette année, j’ai réfléchi à propos de l’encyclique Humanae Vitae du bienheureux pape Paul VI et de ses messages profonds sur le mariage et le don de la vie — messages développés dans ce numéro. Le mois suivant, le 25 mai, les électeurs irlandais ont abrogé le Huitième Amendement de la constitution de ce pays qui, durant des décennies, avaient protégé de l’avortement la vie d’innombrables enfants en devenir.

L’abrogation du Huitième Amendement n’a pas été uniquement un désastre pro-vie — il a témoigné également de l’échec généralisé de l’évangélisation. Et ce doit être une sonnette d’alarme pour nous tous.

De manière providentielle, le Pape François a eu le courage de placer la Rencontre mondiale des familles en Irlande le mois prochain. Il a planté le décor pour la rencontre avec la récente publication de son exhortation apostolique de l’appel à la sainteté, Gaudete et Exsultate (Réjouistoi et exulte).

Il y a largement matière à réflexion dans Gaudete et Exsultate. Dans une section, le pape écrit : « La défense de l’innocent qui n’est pas encore né, par exemple, doit être sans équivoque, ferme et passionnée, parce que là est en jeu la dignité de la vie humaine, toujours sacrée, et l’amour de chaque personne indépendamment de son développement exige cela. Mais est également sacrée la vie des pauvres qui sont déjà nés, de ceux qui se débattent dans la misère, l’abandon, le mépris, la traite des personnes, l’euthanasie cachée des malades et des personnes âgées ... Nous ne pouvons pas envisager un idéal de sainteté qui ignore l’injustice de ce monde » (101).

Ceci, nulle organisation ne le sait mieux que les Chevaliers de Colomb. Nous avons été « clairs, fermes et passionnés » dans notre défense de la dignité de chaque vie humaine.

Le Pape François poursuit dans Gaudete et Exsultate que l’on dit souvent que « la situation des migrants, par exemple, serait un problème mineur. Certains catholiques affirment que c’est un sujet secondaire à côté des questions “sérieuses” de la bioéthique. Qu’un homme politique préoccupé par ses succès dise une telle chose, on peut arriver à le comprendre ; mais pas un chrétien » (102).

Le pape a raison. Il ne s’agit pas de problèmes « secondaires », parce qu’il n’y a pas de personnes « secondaires ». Il y a des problèmes publics impliquant des actes intrinsèquement mauvais tels que le meurtre intentionnel d’un être humain innocent comme dans le cas de l’avortement. Et puis, il y a d’autres problèmes impliquant des jugements prudentiels avec lesquels des personnes raisonnables peuvent ne pas être d’accord. Cependant, cela ne signifie pas que ces problèmes sont « secondaires ».

Dans ce domaine, une fois encore, l’Ordre des Chevaliers de Colomb est le chef de file — au cours de la dernière année fraternelle, il a fait don de plus de 185 millions de dollars et de plus de 75 millions d’heures de service bénévole à la charité.

Saint Jean-Paul II, dans Evangelium Vitae, explique le lien fort qui existe entre l’éthique de la vie et l’éthique sociale lorsqu’il écrit : « une société ne peut avoir un fondement solide si, tout en affirmant des valeurs comme la dignité de la personne, la justice et la paix, elle se contredit radicalement en acceptant ou en tolérant les formes les plus diverses de mépris ou d'atteintes à la vie humaine, surtout quand elle est faible ou marginalisée » (101).

Il incombe aux catholiques d’insister pour que les responsables du bien commun centrent le débat public où il doit être : sur le respect de chaque être humain et la sainteté de chaque vie humaine.

C’est pourquoi le Pape François rappelle que la sainteté, l’évangélisation, la charité et le développement humain sont profondément liés. Comme il apparaîtra durant la prochaine Rencontre mondiale des familles, tous ces aspects de la vie chrétienne sont regroupés dans la famille.

L’Ordre a toujours cherché à évangéliser et à renforcer la vie spirituelle de nos familles catholiques.

Nous renforçons désormais notre initiative « Construire l’Église domestique » par le biais de notre nouvelle programme « La foi en action », qui encourage les conseils à renforcer encore leurs activités dans les domaines de « La Foi », « La Famille », « La Communauté », et « La Vie ».

En tant que Chevaliers de Colomb, par notre façon de vivre, nous allons témoigner plus clairement de l’appel chrétien à la sainteté, à l’évangélisation, à la charité et à la justice sociale.

Vivat Jesus!