Text Size:
  • A
  • A
  • A

Campagne d’aide pour venir en aide aux chrétiens persécutés

L’atmosphère festive du banquet des États, où les Chevaliers et les membres de leur famille agitent traditionnellement des drapeaux et entonnent des chansons de leurs juridictions respectives, a pris une tournure plus sombre dans la soirée de mardi, au moment des allocutions de deux archevêques du Moyen-Orient qui ont abordé la persécution des chrétiens dans leurs pays, où la foi a pris racine à l’époque des apôtres.

Mgr Bashar Matti Warda, archevêque catholique chaldéen d’Erbil, en Irak, et Mgr Jean-Clément Jeanbart, archevêque d’Alep, en Syrie, ont décrit, détails tragiques à l’appui, comment les chrétiens de leurs patries sont tués, torturés, maltraités, réduits à l’esclavage et expulsés des maisons que les familles ont habité depuis des siècles. Ils ont remercié les Chevaliers de Colomb pour les 3 millions de dollars acheminés par l’entremise du Fonds de secours pour les réfugiés chrétiens de l’Ordre. Les fonds sont utilisés pour procurer de la nourriture et des médicaments ainsi que pour assurer la construction d’unités de logement et offrir une éducation aux individus et aux familles qui ont tout perdu sauf leur foi, d’affirmer les deux membres de l’épiscopat.

Les deux archevêques avaient concélébré la messe d’ouverture qui se déroulait mardi matin, avant de prendre part à une conférence de presse.

En introduisant ces deux conférenciers, le Chevalier suprême Carl Anderson a réitéré l’engagement financier et spirituel de l’Ordre envers les chrétiens du Moyen-Orient. Citant des études révélant que les chrétiens sont la cible d’attaques dans 102 des 198 pays du globe et qu’ils sont victimes de 80% de la discrimination religieuse et de la persécution, il affirmait qu’une action concertée visant à aider leurs frères chrétiens accompagnera les prières adressées par les Chevaliers.

« En Irak, quelque 125 000 chrétiens ont été chassés de Mossoul et de la région environnante de Ninive », précisa-t-il. « En Syrie, l’on estime que 700 000 chrétiens ont été déplacés. Notre Saint-Père a lancé un appel à l’action et les Chevaliers de Colomb ont répondu. »

Citant le message de salutations du pape François aux participants du congrès qui avaient été lues durant la séance plénière de l’après-midi, le Chevalier suprême affirma que « Nous avons appris que notre Saint-Père a exprimé « sa profonde reconnaissance pour les efforts déployés par les Chevaliers afin de sensibiliser le public à cette grave tragédie humanitaire. » Le pape a également qualifié la situation de « génocide, » d’ajouter le Chevalier suprême.

De son coté, Mgr Warda débuta son allocution en déclarant : « Je m’adresse à vous de l’Irak, la terre de l’ancienne Mésopotamie, où nous nous recueillons en tant que chrétiens depuis que les Apôtres Thomas et Jude Thaddée y ont introduit les enseignements du Christ, il y a de cela près de 2000 ans. »

Jusqu’à maintenant, ce sont plus de 5000 familles qui ont quitté le pays depuis l’été 2014, affirma-t-il. Elles se sont établies en tant que réfugiés dans son archidiocèse d’Erbil, qui peine à offrir un refuge, de la nourriture, des médicaments et une scolarisation avec l’aide d’agences catholiques et le gouvernement local.

S’adressant aux Chevaliers et aux membres de leur famille, Mgr Warda déclara : « Frères et sœurs, vous avez été parmi les premiers à nous tendre une main salvatrice, à l’heure où le péril s’abattait sur nous. Vous étiez avec nous, tout comme Marie et le disciple bienaimé étaient à côté du crucifié, à l’heure même où le monde détournait le regard. […] Nous vous demandons d’être une voix qui dénonce nos souffrances. »

De son côté, Mgr Jeanbart mentionna que l’ancienne ville d’Alep, qui a été au cœur des échanges commerciaux entre l’Est et l’Ouest pendant des siècles, a été réduite en ruines et ce sont les chrétiens qui ont le plus souffert de la dévastation. L’Église a toujours appelé à la paix et à un processus de négociation permettant de mettre fin à la guerre qui fait rage depuis quatre ans, a-t-il dit.

« Par la grâce de Dieu et avec l’aide d’organisations comme la vôtre, » de poursuivre Mgr Jeanbart, l’Église catholique d’Alep a été en « mesure de répondre, d’une manière significative, à une bonne partie des besoins humanitaires de notre peuple. Mais ce dont nous avons vraiment besoin aujourd’hui, c’est de l’amour et de l’attention portée envers notre Église souffrante qui tente de survivre et de porter témoignage sur cette terre sainte où la vie chrétienne a débuté et où Paul s’est converti, a été baptisé, a été ordonné au sacerdoce et a été envoyé en mission pour convertir le monde! […] Le soutien de nos frères chrétiens en Occident est cependant crucial. Sont-ils disposés à entendre notre appel désespéré? Nous serons éternellement reconnaissants si la réponse est affirmative! »