Text Size:
  • A
  • A
  • A

Promenade en bateau à aube

Le bateau Becky Thatcher vu depuis le pont du bateau qui l’accompagne, le Tom Sawyer, pendant une visite guidée sur le fleuve Mississippi.
  Photos

Une visite à St. Louis ne saurait être complète sans une promenade en bateau sur le Mississippi. Ainsi, par un dimanche après-midi chaud et humide, des centaines de congressistes et leurs familles se sont rendus sur le port, au bas de la colline depuis la « Gateway Arch » (l’Arche de Saint Louis/la Porte de l’ouest). De là, les deux bateaux à aube, opportunément nommés d’après les personnages de Mark Twain, Tom Sawyer et Becky Thatcher, ont accueilli les passagers lors d’un paresseux voyage une heure durant le long du fleuve, accompagnés d’un guide leur pointant les principaux attraits de la région et certains de ses grands moments historiques.

L’histoire du début du fleuve est française, espagnole et résolument catholique, elle inclut le célèbre conquistador du XVIème siècle Hernando de Soto, premier Européen à voyager dans la partie sud du Mississippi, et elle se poursuit près d’un siècle plus tard avec le jésuite français Jacques Marquette qui lui a exploré les parties nord et centre, traversant ce qui est aujourd’hui St. Louis. La ville fut fondée au XVIIIème siècle, époque à laquelle Pierre Laclède, grâce à une subvention de la couronne française, a choisi de mettre en place un comptoir de traite de fourrures. Ce dernier fut installé au confluent du Mississippi et de son affluent, le Missouri, en 1764 et fut nommé après le roi Louis IX (dit Saint Louis). Le site a changé de mains, passant des Français aux Espagnols et revenant aux Français avant d’être acheté par les États-Unis dans le cadre de la « Louisiana Purchase » (connue sous le nom de la « vente de la Louisiane » en français).

Les traces du passé et du présent du fleuve étaient très présentes pendant la visite. Les passagers ont ainsi pu tour à tour passer sous un pont de chemin de fer rouillé datant du XIXème siècle et sous le pont ultra moderne « Stan Musial Bridge » qui fut ouvert en 2014 et qui tire son nom du regretté joueur de baseball des St. Louis Cardinals et membre du Temple de la renommée.

De solides remorqueurs poussant de vastes barges chargées de tonnes de cargaisons sillonnaient les eaux, signe de la valeur commerciale continue du fleuve, valeur souvent masquée par un monde fait d’autoroutes et d’avions. 

Au cours de cette après-midi là, on pouvait se faire une idée des traditions du Mississippi, telles que racontées par Mark Twain ou chantées sur l’ « Old Man River ». On pouvait toutefois aussi percevoir le fleuve comme un corps vivant aux eaux ondulantes, mouvantes, et s’adaptant au changement à mesure que passent les années.