Résolution sur la politique d’immigration des États-Unis

Version imprimable Version imprimable
4/11/2006

Résolution sur la politique d’immigration des États-Unis adoptée par le Bureau de direction des Chevaliers de Colomb, à Charleston, Caroline-du-Sud, le 9 avril 2006.

ATTENDU QUE la politique d’immigration des États-Unis est devenue un objet d’intenses débats et une source de division, des deux côtés de la frontière entre le Mexique et les États-Unis; et

ATTENDU QUE les évêques catholiques, au Synode des Amériques de 1997, ont souligné la solidarité et le destin commun que vivent tous les peuples de l’hémisphère occidental; et

ATTENDU QUE les Chevaliers de Colomb constituent un organisme international de laïcs catholiques qui, avec fierté, comprend des frères Chevaliers du Mexique depuis plus d’un siècle et compte des milliers de membres dans plusieurs pays d’Amérique centrale et des Antilles; et

ATTENDU QUE nous sommes d’avis que les préoccupations légitimes de souveraineté et du contrôle légal et ordonné des voyages transfrontaliers ne devraient pas être les seules questions que la nouvelle Loi de l’immigration devrait aborder; et

ATTENDU QUE, dans sa première encyclique, Deus Caritas Est, le pape Benoît XVI, insiste pour dire que la poursuite de la justice exige d’abord la charité, et que la charité — fruit de l’amour chrétien — se trouve le premier principe des Chevaliers de Colomb.

ATTENDU QUE, la grande majorité des Mexicains et autres Latino-américains vivant aux États-Unis sans-papiers, n’y sont que pour améliorer leur sort et celui de leurs familles. Pourtant, pour y arriver, ils doivent se débattre en marge de la société états-unienne;

IL EST RÉSOLU QUE le Bureau de direction des Chevaliers de Colomb demande au Congrès et au Président des États-Unis de s’entendre sur une loi de l’immigration qui garantit  le contrôle du processus d’immigration, d’une part, mais, d’autre part, rejette toute tentative de rendre criminels ceux qui fournissent de l’aide humanitaire aux immigrants sans-papiers, et, enfin, ouvre à ceux-ci une voie leur permettant de sortir de l’ombre de la société états-unienne et chercher à obtenir le statut de résidence légale et de citoyenneté des États-Unis.