Text Size:
  • A
  • A
  • A

Portrait du fondateur

<!--Father Edward Smith, pastor of St. Paul's Basilica, shows the holy doors to a group of Toronto Knights, who are wearing their convention volunteer shirts.-->

Après avoir été élu Grand Chevalier du Conseil 3401 Our Lady of Grace à Toronto, Adrian de Rooy demanda à des Chevaliers plus expérimentés : « Qu’est-ce que je fais? » Son Député de District lui conseilla de faire usage des dons que Dieu lui a confié pour recueillir des fonds pour la charité. M. de Rooy, un artiste professionnel, commença donc à peindre.

« J’ai cru que nous avions besoin de réintroduire le Christ dans Noël et j’ai conçu une carte de Noël avec ce thème afin que les Conseils puissent la vendre », se remémora-t-il.

Présentant un ange plaçant l’enfant Jésus dans une crèche avec Marie et Joseph en arrière-plan, la carte de Noël a gagné en popularité auprès des Conseils l’année dernière.

Plus récemment, M. de Rooy posa une autre question : « Quelle est la relation entre notre fondateur, l’abbé Michael McGivney, et Christophe Colomb? »

Encore une fois, il mit son talent à l’œuvre pour fournir une réponse. Sa recherche lui a permis de découvrir que le nom de Colomb a été adopté pour le nouvel Ordre parce que l’explorateur était un héros culturel largement reconnu qui était aussi un catholique. Ainsi, Colomb était le patron parfait pour une organisation qui avait la certitude d’être confrontée à un sentiment anticatholique dans les États-Unis protestants. Muni de cette information et après avoir étudié un certain nombre d’images de l’abbé McGivney, l’artiste a peint un large portrait de l’abbé McGivney où les navires ayant servi durant le voyage de Colomb figurent au premier plan.

« Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir la figure de Colomb sur la Santa Maria montrant la direction à suivre », de préciser l’artiste-peintre.

Lorsque M. de Rooy apprit que le Congrès suprême se tiendrait à Toronto cette année, il demanda aux organisateurs s’il pouvait afficher le portrait à l’huile dans l’aire d’inscription.

« Je n’avais aucune attente », déclara-t-il. « Je ne savais vraiment pas ce que les gens diraient, mais je savais que je devais offrir à mes Frères la chance de le voir. »

En fait, la peinture devint un sujet de conversation populaire parmi les délégués et les membres de leurs familles, dont plusieurs posaient des questions au sujet de la relation entre les navires et l’abbé McGivney. Ces questions lui ont permis d’évoquer les débuts des Chevaliers et la vision du fondateur. Cela lui permit également de rencontrer le Chevalier suprême Carl Anderson, qui l’a félicité pour son oeuvre.

M. De Rooy déclara que, contrairement à plusieurs artistes modernes qui se préoccupent principalement de la forme, il utilise plutôt l’art comme outil pédagogique. Des images visuelles peuvent être de puissants véhicules pour communiquer la vérité et la beauté, ajouta-t-il.

« Je voulais rendre l’abbé McGivney réel, de manière à ce que les gens d’aujourd’hui puissent s’identifier à lui », expliqua-t-il. Vous pouvez être certain que j’ai adressé des prières à l’abbé McGivney afin qu’il me vienne en aide. »