Text Size:
  • A
  • A
  • A

Une fenêtre sur le paradis – la Tour du CN

  Photos

Le ciel, ou votre propre peur des hauteurs, est la limite à la Tour CN, l’aiguille gracieuse qui caractérise la ligne d’horizon de Toronto. S’élevant à 553,33 mètres (1815 pieds et 5 pouces) vers les cieux, la tour est un endroit incontournable à découvrir pour tout visiteur séjournant dans la métropole située sur les rives du Lac Ontario.

Dans les jours précédant le 134e Congrès suprême, il s’agit d’une destination privilégiée pour les délégués et les membres de leurs familles provenant du monde entier qui se sont déplacés pour la rencontre annuelle des Chevaliers de Colomb.

Construite par le Canadien National, la tour était la plus élevée du genre au monde lorsqu’elle a été achevée en 1976. Aujourd’hui, elle demeure toujours la plus haute tour de l’hémisphère occidental et est au cœur des attraits touristiques du centre-ville, parmi lesquels on retrouve également le stade des Blue Jays de Toronto et l’aquarium. En fait, le terrain de baseball est visible à partir de la terrasse d’observation, qui offre une vue plongeante de la partie lorsque les Blue Jays disputent un match.

La tour offre également une variété de sites et d’aventures aux visiteurs. La vue principale est offerte à partir de la galerie d’observation, qui est située à 1,136 pieds de la base et que l’on atteint en 58 secondes grâce à des ascenseurs à grande vitesse. De là, tout le centre-ville de Toronto devient visible, ainsi que le lac pittoresque, le port et les îles. Via un petit escalier, on peut descendre vers une autre plateforme qui comprend le plancher de verre, constitué d’une série de panneaux de verre lourds bien sécurisés d’une épaisseur de 2,5 pouces sur lesquels les visiteurs peuvent marcher tout en regardant directement la rue située en-dessous. Ceux qui ont peur des hauteurs peuvent être observés s’agrippant aux murs et aux rampes, alors que les visiteurs plus braves marchent librement sur le verre, prenant des photos ainsi que des égoportraits, alors qu’ils s’étendent sur le plancher de verre. Mais il n’y a rien à craindre. Les panneaux expliquent que le verre peut supporter un poids de 48 138 livres (près de 22 000 kg), soit l’équivalent de 3,5 épaulards ou 41 ours polaires (si on en trouvait dans les parages, bien sûr!) Cela se traduit par environ 250 personnes de poids moyen. On peut donc raisonnablement présumer que personne n’est tombé à travers le verre depuis son installation en 1994.

Un court trajet en ascenseur vous permet d’atteindre, 33 étages plus haut, le point d’observation le plus élevé, d’une hauteur de 447 mètres (1456 pieds) ou 147 étages, et qui se trouve au sommet de la mince structure de béton.  Une antenne d’acier de 102 pieds (31 mètres) trône au-dessus et diffuse les transmissions de dizaines de stations de télévision et de radio locales.

Finalement, pour les visiteurs les plus téméraires, il y a L’HAUT-DA CIEUX, qui est décrite comme étant « la plus haute promenade mains libres au monde sur un rebord de 1,5 m (5 pieds) de largeur qui fait le tour de l’observatoire de la Tour. »

Cela semble sécuritaire, jusqu’à ce que vous voyez les individus vêtus de leurs combinaisons, attachés à la rampe, marchant sur le rebord et se penchant dans le vide, avec rien au-dessus ou en-dessous d’eux.

Les Américains soucieux de l’aspect juridique peuvent se demander quel type de renonciation les adeptes de L’HAUT-DA CIEUX doivent signer, mais les aventuriers qui touchent le ciel semblent prêter bien peu d’attention au danger, alors qu’ils célèbrent la vie dans le ciel.