Text Size:
  • A
  • A
  • A

REMPLAÇANT LES RÉSOLUTIONS 10, 17, 31, 40,
53, 67, 73, 95, 102, 109, 126, 134, 137,
156, 163, 167, 182, 189, 195, 205, 212,
233, 243, 255, 268, 277, 287, 295, 305,
324, 333, 339 et 346

EN SOUTIEN À LA CULTURE DE LA VIE

      ATTENDU QUE, les Chevaliers de Colomb s’engagent depuis longtemps au niveau de l’opposition face à toute action gouvernementale ou politique publique faisant la promotion de l’avortement, de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, du clonage humain, de l’euthanasie, du suicide assisté et des autres offenses perpétrées contre la vie; et

      ATTENDU QUE, l’Ordre soutient les programmes qui offrent aux femmes vivant des grossesses non-désirées des alternatives à l’avortement, incluant l’adoption, et que nous soutenons des projets proposant un accompagnement spirituel aux femmes qui souffrent de traumatismes émotionnels et psychologiques suite à un avortement; et

      ATTENDU QUE, notre programme d’appareils à ultrasons a offert une fenêtre sur le ventre maternel avec la distribution de plus de 700 appareils dans 50 États ainsi que dans un nombre croissant de provinces canadiennes; et

      ATTENDU QUE, nous réaffirmons notre engagement à bâtir une « culture de la vie » en faisant la promotion de politiques qui favorisent la famille et en reconnaissant que c’est au cœur de familles solides et saines que sont enseignées les valeurs morales et que l’héritage spirituel du pays est transmis; et

      ATTENDU QUE, le pape François a qualifié l’avortement de produit de la « mentalité généralisée du profit, la culture du rejet qui asservit aujourd'hui tant de cœurs et d'intelligences ; » et

      ATTENDU QUE, nous soutenons une législation qui interdirait l’allocation d’une somme de 500 millions de dollars, financés par les fonds publics, à l’organisme Planned Parenthood Federation of America, le plus grand pourvoyeur d’avortements aux États-Unis, qui effectue plus de 300 000 IVG chaque année; et

      ATTENDU QUE, les Chevaliers de Colomb se démarquent par une longue tradition de soutien envers les marches et rassemblements pour la cause de la vie dans les pays où nous sommes formellement présents; et

      ATTENDU QUE, le pape Benoit XVI déclarait que « les hommes politiques et les législateurs catholiques, conscients de leur grave responsabilité sociale, doivent se sentir particulièrement interpelés par leur conscience, justement formée, pour présenter et soutenir des lois inspirées par les valeurs fondées sur la nature humaine », et

      ATTENDU QUE, dans l’Exhortation apostolique Evangelii Gaudium, le pape François nous rappelait que, « parmi ces faibles, dont l’Église veut prendre soin avec prédilection, il y a aussi les enfants à naître, qui sont les plus sans défense et innocents de tous […] Et pourtant cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu’un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n’importe quelle situation et en toute phase de son développement »; et

      ATTENDU QUE, dans sa dernière encyclique, Laudato Si, le Saint-Père réitérait que « puisque tout est lié, la défense de la nature n’est pas compatible non plus avec la justification de l’avortement. Un chemin éducatif pour accueillir les personnes faibles de notre entourage, qui parfois dérangent et sont inopportunes, ne semble pas praticable si l’on ne protège pas l’embryon humain, même si sa venue cause de la gêne et des difficultés? »

      PAR CONSÉQUENT, QU’IL SOIT RÉSOLU QUE, nous poursuivions les représentations auprès de nos élus au sujet de la nécessité d’adopter des lois visant à protéger la vie humaine, à toutes ses étapes, de la conception à la mort naturelle; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, nous sommes d’avis que « les femmes méritent mieux que l’avortement » et que nous continuions à soutenir les grossesses non-désirées en proposant des alternatives à l’avortement, incluant l’adoption, et que nous soutenions des projets qui proposent un soutien spirituel à ces hommes et à ces femmes qui souffrent des séquelles traumatiques sur le plan émotionnel et psychologique liés à l’avortement; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, les Chevaliers de Colomb continuent de défendre les enseignements traditionnels de l’Église, en ce qui a trait au caractère sacré de la vie, à partir de la conception jusqu’à la mort naturelle, tels qu’expliqués dans le Catéchisme de l’Église catholique, Evangelium Vitae, Evangelii Gaudium et Laudato Si, ainsi que d’autres documents; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, nous réaffirmions nos politiques - établies depuis longtemps – qui consistent à ne pas inviter, à quelque évènement que ce soit organisé par les Chevaliers de Colomb, des individus – particulièrement des représentants ou des candidats briguant une fonction publique – qui ne soutiennent pas la protection légale des enfants à naître ou qui font la promotion de la légalisation de l’euthanasie ou du suicide assisté et d’interdire à ces personnes de louer ou d’utiliser les différentes installations qui sont sous notre responsabilité, ou de leur permettre de prononcer une allocution lors d’un évènement des Chevaliers de Colomb, ou de leur conférer les honneurs ou les privilèges de quelque nature que ce soit qui sont prévus par notre Ordre, ou de leur offrir la présidence d’honneur d’évènements, de célébrations, ou de comités, ou d’assumer une fonction quelconque au sein des Chevaliers de Colomb; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, nous réitérions notre engagement à réciter le chapelet plus fréquemment, à pratiquer le jeûne et à faire pénitence en réparation du mal perpétré contre le cadeau de la vie et que nous demandions l’intercession de la Vierge Marie, qui elle-même a dit « oui » à la vie, afin qu’elle intercède en notre faveur pour l’avènement d’une « culture de la vie » dans notre société.