Text Size:
  • A
  • A
  • A

RÉSOLUTION 348

RÉCONCILIATION ET GUÉRISON NATIONALES

      ATTENDU QUE, une troublante série de meurtres de masse et d’attaques violentes se sont produites dans les derniers mois à San Bernardino, Orlando, Minneapolis, Dallas et Baton Rouge, révélant de profondes divisions à l’intérieur de nos communautés et dans le tissu social de la société américaine elle-même; et

      ATTENDU QUE, notre Saint-Père, le pape François, a exprimé sa tristesse devant cette violence et qu’il a confié les victimes et les membres de leurs familles au Seigneur, afin qu’elles puissent trouver le réconfort; et

      ATTENDU QUE, le président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, Mgr Joseph Kurtz, archevêque de Louisville, a demandé à toutes les personnes de bonne volonté d’ « implorer la force de résister à cette haine qui nous aveugle quant à notre humanité commune »; et

      ATTENDU QUE, notre Aumônier suprême, Mgr William Lori, archevêque de Baltimore, en a appelé à la prière dans l’espoir que nous puissions « bâtir une société miséricordieuse, juste et pacifique »; et

      ATTENDU QUE, dans la foulée de cette violence, les Chevaliers de Colomb ont invité la population à une neuvaine de prière se déroulant du 14 au 22 juillet 2016, à l’intention de la guérison des blessures et des divisions qui affligent les États-Unis; et

      ATTENDU QUE, les Chevaliers de Colomb ont proposé la prière pour la paix de saint François d’Assise qui implore le Seigneur de permettre à son peuple d’être des instruments de paix et de semer la paix là où il y a la haine; et

      ATTENDU QUE, la Conférences des évêques catholiques des États-Unis a invité tous les diocèses du pays à s’unir pour une Journée de prière pour la paix dans nos communautés, le 9 septembre 2016; et

      ATTENDU QUE, les Chevaliers de Colomb ont toujours manifesté une grande admiration pour les sacrifices consentis par les communautés des forces de l’ordre, allant jusqu’à amender les critères d’admissibilité au Fonds de bourses Matthews & Swift en 1970, afin de permettre aux enfants de nos membres qui, en raison de la violence criminelle, perdent la vie en devoir en tant que membres des forces de l’ordre.

      PAR CONSÉQUENT, QU’IL SOIT RÉSOLU QUE, les Chevaliers de Colomb manifestent leur solidarité envers le Saint-Père et les évêques des États-Unis en invitant toutes les personnes de bonne volonté à prier pour la fin de la violence et la guérison des blessures culturelles qui affligent les États-Unis; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, les Chevaliers de Colomb félicitent la Conférence des évêques catholiques des États-Unis pour ses efforts visant à unir tous les diocèses du pays pour une Journée de prière pour la paix dans nos communautés, le 9 septembre 2016; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, durant ce Jubilé de la miséricorde, nous réitérions notre engagement à bâtir un capital social significatif et des communautés plus solides en mettant en place des programmes charitables robustes par l’entremise de nos Conseils locaux et d’État; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, les Chevaliers de Colomb s’engagent à faire en sorte que notre conversation nationale sur la violence dépasse la rhétorique et les intérêts spéciaux enracinés pour se déplacer vers un dialogue civil et honnête porteur de solutions réelles et de respect envers la dignité intrinsèque de tous; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, nous exprimions notre profonde gratitude envers les sacrifices consentis par les membres des forces de l’ordre et les premiers répondants qui consacrent leurs vies à la protection de nos communautés; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, nous ne laisserons pas des gestes malveillants de violence nous diviser et que nous réaffirmions notre engagement envers les concepts d’amour du prochain, de paix et de pardon qui sont des éléments fondamentaux d’un témoignage chrétien authentique; et

      QU’IL SOIT ÉGALEMENT RÉSOLU QUE, nous réitérions notre engagement à renverser la tendance de violence qui sévit à l’intérieur de notre société par un engagement en faveur de la vie et une vision d’espérance centrée sur la dignité de chaque personne humaine créée à l’image de Dieu, ce qui constitue le point de départ d’un véritable processus de guérison et de réconciliation.