Text Size:
  • A
  • A
  • A

La plus haute distinction décernée lors du Banquet des États

8/2/2016

La plus haute distinction décernée lors du Banquet des États

  Photos

La charité altruiste et l’esprit intrépide d’une congrégation religieuse de femmes furent reconnus lors du Banquet des États, alors que les Chevaliers de Colomb décernaient leur plus haute distinction, le prix Gaudium et Spes, aux Petites Sœurs des Pauvres.

L’allocution principale du banquet était prononcée par le cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques au Vatican, qui est également archevêque émérite de Québec. Le cardinal félicita les Chevaliers de Colomb pour les œuvres de charité concrètes qu’ils accomplissent non seulement « pour les pauvres, mais avec les pauvres. » Il affirma que les Chevaliers à travers l’Ordre concrétisent la vision du pape François en se rendant aux périphéries pour venir en aide aux personnes qui en ont le plus besoin.

Le cardinal Ouellet salua également le leadership du Chevalier suprême Carl Anderson qui, déclara-t-il, a contribué au renouveau spirituel et à l’expansion caritative de l’Ordre à l’échelle internationale.

Se déroulant le 2 août, dans la soirée du premier jour du Congrès suprême à Toronto, le Banquet des États réunissait plusieurs membres de l’épiscopat et d’autres membres du clergé ainsi que plus de 2000 Chevaliers et membres de leurs familles.

Les Petites Sœurs des Pauvres y étaient honorées en tant que lauréates du prestigieux prix Gaudium et Spes en raison du fait qu’elles portent témoignage de l’Évangile aux personnes pauvres et âgées dans les soins qu’elles leur prodiguent, en plus de s’être portées à la défense de la liberté religieuse relativement au mandat du gouvernement américain qui exigeait qu’elles agissent à l’encontre de leurs consciences. Fondée en France par sainte Jeanne Jugan, la congrégation opère 27 maisons pour les malades et les mourants aux États-Unis.

En contestant le mandat du gouvernement qui contraindrait les religieuses à procurer la contraception et des médicaments abortifs à l’intérieur des plans de santé qui sont offerts à leurs employés, les Petites Sœurs « insistèrent sur la notion que notre foi catholique ne peut être divisée ou compartimentée », de mentionner l’Aumônier suprême William Lori, qui a procédé à la lecture de la citation du prix. « Les enseignements de la foi qu’elles chérissent sont basés sur leur amour envers Dieu et les pauvres qu’elles servent quotidiennement. »

Il poursuivait en déclarant que « de la même manière qu’elles ne pouvaient abandonner les pauvres, les personnes âgées et les mourants, ces religieuses ne pouvaient se conformer à la règlementation gouvernementale coercitive. »

Acceptant le prix au nom de la Congrégation, Mère Loraine Marie Maguire, Supérieure provinciale de la Province de Baltimore, déclara que le fait d’être des témoins de la liberté religieuse, en contestant le mandat du gouvernemental, n’était pas une question de choix pour les religieuses. Mais elles savaient qu’elles devaient se tenir debout afin de poursuivre leurs soins envers les pauvres, les malades et les personnes âgées avec une conscience claire, mentionna-t-elle.

Tout au long des trois années qu’ont duré ces batailles juridiques, la congrégation a été soutenue par les prières, les bons souhaits et une expertise légale, comprenant l’aide des Chevaliers de Colomb, précisa-t-elle. Le fait de regarder les milliers de sympathisants qui étaient réunis lors du banquet lui donna « un aperçu du banquet céleste » poursuivait-elle.

Le prix inaugural Gaudium et Spes a été remis en 1992 à Mère Teresa de Calcutta. Il comprend une médaille et la somme de 100 000 dollars. Cette année marquait la première occasion où le prix était décerné à une communauté religieuse plutôt qu’à un individu.

La programmation du Banquet comprenait également un bénédicité de la part du cardinal Timothy Dolan de New York et des salutations de la part du cardinal Thomas Collins de Toronto.